Accueil > Articles > Carnets d’un moine errant. Les mémoires de Matthieu Ricard

Matthieu Ricard

Carnets d’un moine errant. Les mémoires de Matthieu Ricard

« Je suis né le 12 janvier 1967, à l’âge de vingt et un ans. Ce jour-là, j’ai rencontré Kangyour Rinpoché, mon premier maître spirituel. » Ainsi débutent les mémoires de Matthieu Ricard1. Déjà dans sa note liminaire, il prévient son lecteur : « Ce texte se veut moins une autobiographie au sens traditionnel que le témoignage d’une vie inspirée à chaque instant par les maîtres spirituels que j’ai rencontrés ».

On aurait pu lire les mémoires d’un jeune homme issu d’un milieu intellectuel privilégié, fils d’un père-philosophe célèbre, Jean-François Revel, et d’une mère artiste-peintre reconnue, Yahne Le Toumelin, grandissant au milieu d’une société brillante où se croisaient Olivier Todd, Louis Althusser, Pierre Soulages, Hans Hartung ou André Breton. On ne lira pas non plus les mémoires du chercheur émérite qu’il aurait pu devenir après l’obtention, à 26 . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 19 avril 2022 à 9 h 28 | Mis à jour le 14 avril 2022 à 13 h 29