Accueil > Articles > Jean-Marie Laclavetine : saisir en soi ce qui est plus précieux que soi

Jean-Marie Laclavetine

Jean-Marie Laclavetine : saisir en soi ce qui est plus précieux que soi

Le 1er novembre 1968, jour de la Toussaint, Jean-Marie Laclavetine, en compagnie de l’un de ses frères, de sa sœur aînée et de son amoureux, se promène sur les rochers qui surplombent la Chambre d’Amour, nom donné à la grotte creusée par les vagues entre les plages d’Anglet et le phare de Biarritz.

Insouciant du danger, le petit groupe admire la fureur des vagues qui viennent ce jour-là se fracasser sur ces mêmes rochers. Il n’aura suffi que d’un moment d’inattention pour que l’une de ces vagues les fauche avant de se retirer, emportant la vie de la sœur de l’auteur.

Une amie de la famille1, paru en 2019, relate, avec autant d’intensité que de sobriété, le drame survenu ce jour-là. Cinquante ans passeront avant . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 10 février 2022 à 15 h 55 | Mis à jour le 10 février 2022 à 16 h 00