Accueil > Articles > Se vider le cœur sur la langue

Anne-Marie Beaudoin-Bégin

Se vider le cœur sur la langue

Il arrive qu’à force d’entendre répéter des faussetés, on rêve de crier au monde entier : « Vous êtes dans les patates, je vais vous la dire, moi, la vérité ! » C’est le luxe qu’Anne-Marie Beaudoin-Bégin s’est payé avec sa trilogie d’essais sur la langue, et en particulier le petit dernier, La langue racontée1. On sent que ça lui a fait du bien.

Le point de départ : les Québécois sont complexés par rapport à leur langue. C’était le sujet de La langue rapaillée (2015). En effet, beaucoup ont l’impression de « parler mal », notion qui horripile l’auteure. Pourquoi ? Parce qu’on ne peut pas parler mal. Toute langue est parlée telle quelle par une communauté linguistique, et toute langue . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 27 avril 2020 à 13 h 59 | Mis à jour le 30 avril 2020 à 14 h 17