Accueil > Articles > 1. De l’usage de quelques pseudonymes – Présentation du numéro 157

1. De l’usage de quelques pseudonymes – Présentation du numéro 157

Présentation du numéro 157

George Sand en France, George Eliot en Angleterre… Nombreuses ont été ces femmes qui ont dû ou qui ont choisi, époque oblige, de publier sous pseudonyme masculin – bien qu’au Québec elles optaient plutôt pour des noms d’emprunt féminins1. C’est ainsi qu’à la demande de son éditeur, Jeanne Loiseau deviendra Daniel Lesueur. Par Alexandra Rivard : portrait d’une remarquable romancière, prolifique chroniqueuse et ardente critique des conditions faites aux femmes de son temps.

Rossel Vien, né Russel Vien, alias Gilles Delaunière, alias Gilles Valais. Originaire de Roberval, il s’établit à Saint-Boniface à la fin des années 1950. Dans « Rossel Vien. Oublié au Québec, méconnu au Manitoba », J. R. Léveillé présente l’un des précurseurs de l’écriture homosexuelle au Québec et tente de percer le mystère entourant l’oubli d’une œuvre que Gérald Godin avait qualifiée de capitale.

***

En couverture : l’Américano-Montréalais David Homel que Michèle Bernard a rencontré en entrevue. D’Orages électriques à Portrait d’un homme sur les décombres, parcours de l’écrivain grand voyageur à l’humour mordant.

Collection « Marabout junior » pour l’un, « Marabout mademoiselle » pour l’autre : il fut un temps où s’empilaient dans les chambres des garçons les Bob Morane, dans celles des filles les Sylvie. Alors que le premier se trouvait « En pleine terreur à [la] Manicouagan » ou encore « Isolé dans la jungle birmane2 », la deuxième quittait son métier chéri d’hôtesse de l’air, dès le cinquième titre de la série de 98 romans jeunesse, pour se marier et fonder une famille. Aïe !… (Mais soyons honnêtes, Sylvie connaîtra elle aussi son lot d’aventures et de voyages.) Dans le Québec du tournant des années 1970, les jeunes filles ne sont pas dupes et voient dans cette impossibilité, voire cette interdiction faite aux femmes de concilier travail et famille, quelque coutume barbare de la lointaine Belgique3. Cette entrée en matière pour attirer votre attention sur Les éditions Marabout, Bob Morane et le Québec de Jacques Hellemans, spécialiste de l’histoire du livre et de l’édition. Rémi Ferland s’y est plongé et, refaisant surface, s’est engagé dans une réflexion alternant considérations sur le monde du livre et souvenirs d’un jeune lecteur.

L’année 2020 marquera le 50e anniversaire de l’une des périodes les plus troublantes et troublées de notre histoire. Dans « Fatum », Renaud Longchamps revit un certain jour d’octobre avec les yeux du jeune poète de 17 ans qu’il était alors.

Beaucoup d’histoire littéraire, direz-vous ? Mais aussi plusieurs œuvres jeunes et fortes dans ce numéro d’hiver que nous vous invitons à découvrir. Chères lectrices, chers lecteurs, que ce tournant des années vingt-vingt vous soit des plus aimables.


1. Laure Conan, Fadette, Élèda Gonneville …
2. Paroles tirées de la chanson « L’aventurier » (1982) du groupe français Indochine. L’aventurier en question est Bob Morane.
3. René Philippe, auteur des Sylvie, était Belge tout comme le père de Bob Morane, Henri Vernes.

Publié le 15 décembre 2019 à 13 h 07 | Mis à jour le 17 février 2020 à 12 h 01