Accueil > Articles > Marathon au côté du Surhomme

Victor-Lévy Beaulieu

Marathon au côté du Surhomme

Magritte aurait apprécié le mantra qu’entonne Victor-Lévy Beaulieu (VLB) en quatrième de couverture de 666, Friedrich Nietzsche, Dithyrambe beublique1 : « Ceci n’est pas un livre ». 

Qu’il me soit permis, en critique qui n’aborde qu’avec crainte et tremblement ce livre-non-livre, de le traiter quand même comme un ajout exemplaire à la chose littéraire : VLB y est totalement lui-même, c’est-à-dire porteur d’intuitions géniales, de traquenards moqueurs, de redites retouchées, de verdicts meurtriers et de créations à saveur de mythologies.

En haute altitude

Que VLB adore fréquenter les habitués des sommets, la preuve en est établie. Chaque fois, il engloutit à une cadence infernale les rayons de bibliothèque où s’entassent les gloses portant sur sa cible ; Bol . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 14 juillet 2015 à 20 h 06 | Mis à jour le 14 juillet 2015 à 20 h 28