Accueil > Articles > Quand la littérature s’urbanise : Drogues, prostitution, violence

Line Beauchesne, Paul Beaulne, Gilles Bibeau, Micheline Duff, Yolande Geadah, Henri Lamoureux, Roxane Nadeau, Marc Perreault, Alain Ulysse Tremblay

Quand la littérature s’urbanise : Drogues, prostitution, violence

Qu'elle cherche ses miroirs dans le roman, la biographie ou les enquêtes sociologiques, la société s'interroge sur elle-même. Elle l'a toujours fait.

En son temps, Montesquieu dégriffait les susceptibilités en confiant à des Lettres persanes fictives le soin d'adresser des questions aux Européens. Mais peut-être les questions deviennent-elles plus imprévisibles depuis que les absolus de l'un n'ont pas cours dans la société que l'autre imagine. Tentons quand même un regard sur ce qu'une autre époque aurait qualifié de « questions sociales » et que nombre de nos contemporains rangeront parmi les drames personnels.

Drogues, gangs et prostitution

Il y a plus de trente ans, la Commission Le Dain s'interrogeait sur l'usage des drogues à des fins non médicales. Elle ne parvint pas à un consensus. Le débat a continué, mais la législation canadienne en a peu profité. Aujourd . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 6 juin 2005 à 17 h 45 | Mis à jour le 14 avril 2015 à 14 h 10