Accueil > Articles > Oscar Wilde : Les vertiges de l’ambivalence

Oscar Wilde

Oscar Wilde : Les vertiges de l’ambivalence

Esprit subtil et excentrique, fin lettré prodigieusement doué, homme élégant aux goûts raffinés, Oscar Wilde fut parfois apparenté aux romantiques en raison d'une personnalité tragique et narcissique et d'une troublante attirance pour la décadence.
Causeur génial pour les uns, écrivain mineur pour d'autres, il reste l'auteur de célèbres aphorismes, toujours plus profonds qu'il ne semble de prime abord, à l'image, sans doute, de leur créateur.

Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde naît à Dublin le 15 octobre 1856. Il est le plus jeune fils de Sir William Wilde, un chirurgien renommé, charmeur et dépensier, et de Jane Francesca Elgee, une mère exaltée, poétesse nationaliste qui signe ses œuvres sous le pseudonyme de Speranza, parents tout à la fois séduisants et fantasques, une « famille désordonnée, hardie, imaginative et cultivée » selon les termes de W.B. Yeats. À une amie qui lui demandait si elle pouvait amener avec elle . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 4 octobre 2004 à 12 h 19 | Mis à jour le 14 avril 2015 à 11 h 57