Accueil > Articles > Tant qu’il y aura des hommes… ou les grands romans de la guerre du Pacifique

Pierre Boulle, Ernest Hemingway, James Jones, Norman Kinglsey Mailer

Tant qu’il y aura des hommes… ou les grands romans de la guerre du Pacifique

7 décembre 1941. Dimanche paisible à Pearl Harbor, base aérienne et maritime située sur la côte sud de l'île d'Oahu, à proximité d'Honolulu.

Au petit jour, à 7h 50 précises, les avions japonais sortent des nuages et attaquent la rade, où sont entassés près de 90 navires de guerre de la flotte américaine du Pacifique, ainsi que les aéroports et les installations militaires aux alentours. En trois vagues successives, et un peu moins de deux heures (l'attaque éclair se termine à 9h45), les Japonais ont infligé de lourdes pertes humaines et matérielles aux Américains qu'ils ont complètement pris par surprise. On comptera 2400 morts, plus de 1000 blessés. Ce « jour d'infamie » marque le début de la guerre du Pacifique qui se terminera quatre ans plus tard par les attaques nucléaires américaines sur Hiroshima et Nagasaki et la reddition inconditionnelle du Japon.

C'est le travail de l'historien de rendre . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 6 janvier 2004 à 16 h 51 | Mis à jour le 14 avril 2015 à 19 h 23