Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Que voit le Québec quand il regarde le Québec ? Du beau, du stimulant, de l'étrange, du déprimant, du familier ? Certes, mais aussi, étonnamment, du nouveau. Comme si, à observer le même visage dans les mêmes miroirs, on finissait par entrevoir l'origine d'une fossette, la ressemblance inattendue avec un parent ou le signe avant-coureur du vieillissement.

En s'observant dans des miroirs incorruptibles, et plusieurs de ceux qui lui sont présentés ici le sont, le Québec peut donc revoir et réinterpréter son passé, dresser divers bilans de son présent et entrevoir son avenir. L'exercice, qui s'amorce dans une apparente dispersion, se termine à un carrefour clairement dégagé.

Une relecture et un rappel

Même si beaucoup estiment depuis toujours en savoir plus qu'ils ne tiennent à en savoir sur le duplessisme, Gilles Bourque et Jules Duchastel n'en poursuivent pas moins, en s'adjoignant Jacques Beauchemin comme . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement