Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

S'il y a dérive des continents, pourquoi les genres littéraires ne pourraient-ils pas, vraies plaques tectoniques, se télescoper et se superposer ? Certains polars seront de lignée dite pure et noble ; d'autres, mutants, revendiqueront plusieurs hérédités.
Tous raconteront une aventure à l'issue incertaine et feront la part belle aux défis de la mort, de la violence, des mondes inexplorés.

Retours en arrière

Sagement, notre époque se compare aux réussites anciennes. Les résultats varient. Georges Simenon dormira tranquille : sa Chambre bleue1 n'a pas pris une ride. S'agit-il d'un polar ? Le dialogue entre un prévenu et un enquêteur invite à le croire. Certes, l'action est restreinte à un cadre étroitement délimité, sorte de huis clos troublé par les ragots et les déferlements d'intolérance, mais les révélations s'insinuent et compensent. Pas de . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement