Accueil > Articles > La guerre comme une folie permanente

Santiago Arolas, Russel Bouchard, Roch Carrier, Jean Carrière, Gaston Deschênes, Yolande Mukagasana, Jean-Jules Richard, Mary Soderstrom, Alain Stanké, Pierre Turgeon, Pierre Venna, Jules Verne

La guerre comme une folie permanente

Tous ceux que la guerre a touchés jurent leurs grands dieux : « Jamais plus cela ». Pourtant, chaque coin du monde s'empresse, au premier détour du calendrier, à peine ses charniers superficiellement chaulés et ses éclopés encore mal cicatrisés, de rouvrir la saison de la chasse à l'autre. La littérature, forcément, reflète cette intarissable bêtise.

Quelle logique suivre pour aborder le sujet à travers quelques œuvres récentes ? Il n'est pas de logique adaptée au non-sens. Tout au plus peut-on entreprendre la description de la guerre en partant du plus lointain, du plus périphérique, agissant ainsi comme si la mort violente était moins injuste en frappant plus loin ou un moins parent.

De l'arme proche au lointain génocide

En décrivant par le menu Les armes à feu en Nouvelle-France1, Russel Bouchard s'exprime dans presque tout son texte avec la rigueur de l'entomologiste . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 4 juin 2003 à 15 h 22 | Mis à jour le 4 avril 2015 à 14 h 20