Accueil > Articles > La donna è mobile* : Des femmes des héroïnes et des best-sellers

Élisabeth Badinter, Manon Barbeau, Denise Bombardier, Jeanne Bourin, Danielle Bourque, Charlotte Brontë, Chrystine Brouillet, Marcelyne Claudais, Arlette Cousture, Daphné Du Maurier, Marilyn French, Benoîte Groult, Mary Higgins Clark, Marie Laberge, Micheline Lachance, Marguerite Lescop, Betty Mahmoody, Madonne Miner, Robin Norwood, Francine Noël, Francine Ouellet, Alina Reyes, Maria Riva, Barbara Taylor-Bradford

La donna è mobile* : Des femmes des héroïnes et des best-sellers

Toutes les études le confirment : les femmes lisent davantage que les hommes, et pas nécessairement le même type d'écrits qu'eux.

Alors que de nombreuses recherches ont déjà démontré que la lecture, toutes catégories confondues, le nombre des lectrices dépasse de 22 % celui des lecteurs, qu'elles constituent les deux tiers du lectorat (cf. Gilles Pronovost), les professionnels du milieu éditorial identifient une majorité encore plus importante de lectrices dans le domaine spécifique du best-seller : les femmes y compteraient pour 75 % et même 80 % du public lecteur (cf. Denis Saint-Jacques et al.).

Mais qu'en est-il des effets de prédominance féminine dans le champ de la lecture, et plus particulièrement ici de la lecture de grande consommation ? Quel portrait peut-on faire des lectures de prédilection des femmes, quelles tendances se démarquent, quelles valeurs les sous-tendent ?

On réduit trop fréquemment les lectures populaires des femmes au . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 4 juin 2003 à 10 h 45 | Mis à jour le 15 juillet 2015 à 19 h 24