Accueil > Articles > Écriture et musique, Bertolt Brecht et Hanns Eisler

Bertolt Brecht, Hanns Eisler

Écriture et musique, Bertolt Brecht et Hanns Eisler

Traduit de l'allemand par Hans-Jürgen Greif

Malgré qu'il soit d'origine bourgeoise conservatrice (le père dirigeait une usine de papier à Augsbourg, en Bavière), le nom d'Eugen Berthold Friedrich Brecht (1898-1956) est synonyme d'une révolution sans précédent dans la littérature occidentale du XXe siècle : par ses poèmes et son théâtre, il s'est fait le porte-parole d'une cinglante critique sociale, inspirée de la doctrine marxiste. En créant ce qu'il a appelé le « théâtre épique », il se refuse à construire, le temps d'une soirée, des illusions ; il se propose d'amener le spectateur à dépasser ses sentiments, à prendre position sur la situation mise en scène, à argumenter et à décider par lui-même du jugement qu'il porte.

Rien de plus naturel chez le dialecticien Bertolt Brecht que sa conviction que la musique est nécessaire à ses œuvres : il a d'ailleurs travaillé étroitement avec d . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 22 juin 2003 à 16 h 55 | Mis à jour le 12 avril 2015 à 15 h 47