Accueil > Anciennes rubriques > Les insolites > Citius, altius, fortius*

Citius, altius, fortius*

*Plus vite, Plus haut, Plus fort : devise des Jeux olympiques.

Le domaine littéraire a lui aussi ses exploits, ses records, ses prouesses. Qu'il soit donc pour une fois permis aux sédentaires rats de bibliothèque impénitents que nous sommes de nous divertir un peu, en nous livrant à un sport inhabituel : arbitrer les performances1 ... des livres et de ceux qui les commettent.

Pour légitimer l'outrecuidance de mon sujet, je pourrais avancer de fallacieux arguments : flexion du poignet, vélocité des phalanges, pression du doigt sur porte-plume ou souris, dictée vigoureuse à un scribe : un bon état physique est requis quand on écrit. N'évoquons pas même l'ébullition encéphalique, pas toujours spectaculaire mais incontournable !

Au commencement, donc, était le livre... À côté des plus vieux livres conservés (Les manuscrits de la mer Morte découverts en 1947 à Qumrân, en Palestine, ou encore le Codex Sineaticus, bible en grec découverte en 1859 dans . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 24 juin 2003 à 15 h 24 | Mis à jour le 29 avril 2015 à 13 h 48