Accueil > Anciennes rubriques > Les insolites > À bon chat, bon rat ( à moins que ce ne fût le contraire… )

À bon chat, bon rat ( à moins que ce ne fût le contraire… )

Une fois n'est pas coutume Il eût été astucieux, pour inaugurer une rubrique dédiée à l'insolite, de préluder avec un article sur le mouton à cinq pattes. Mais cela ne se vend pas à la livre. Et d'ailleurs, honni soit qui dégoterait la moindre corrélation entre cette pécore et la littérature Quel animal aurait plus sa place dans un magazine littéraire que le greffier, vous demandé-je ?

Dans le bestiaire littéraire, il ne fait plus aucun doute que le chat occupe le haut du panier. Il incarna tour à tour la duplicité chez La Fontaine, la ruse chez Perrault, le savoir mystique chez Nerval, la justice implacable chez Poe, et fut plus souvent qu'à son tour le héros des œuvres de Baudelaire, de Colette, de Huysmans, de Simenon Une chronique ne suffirait pas pour évoquer les multiples liens qui unissent chats et littérature. D'ailleurs, nous pourrions étendre cette problématique aux relations privilégiées souvent . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 24 juin 2003 à 15 h 33 | Mis à jour le 29 avril 2015 à 11 h 29