Accueil > Anciennes rubriques > Idées à découdre > Libérez-nous des pédagogues

Nicole Gagnon

Libérez-nous des pédagogues

Le nouveau programme – d'histoire au secondaire, soumis à approbation ministérielle et qui a suscité un tollé général, a au moins ceci de bon qu'il met en lumière la malfaisance dont sont capables nos pédagogues. On lui a reproché sa perspective fédéraliste : c'est là son moindre défaut.

Il s'agit surtout d'une « pluriculturalité » bien-pensante, destinée à estomper la singularité de la société québécoise, laquelle n'apparaît qu'avec sa modernisation normalisante et son « changement de mentalité ». Il ne convient pas de laisser trop de place aux Québécois français, dont les 10 000 ancêtres sont sandwichés entre les premiers occupants et les milliers de nouveaux venus tous azimuts, où se noie leur descendance. Pas de Pierre Bédard ni d'Université Laval dans le chapitre sur la démocratie, mais des McGill et une couple de John Molson. Pas de Saguenay, d'Abitibi ou de . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 1 octobre 2006 à 12 h 19 | Mis à jour le 29 avril 2015 à 15 h 18