Accueil > Anciennes rubriques > Idées à découdre > Au chevet de l’église catholique québécoise : Réflexions d’un « mini-boomer »

Daniel Tanguay

Au chevet de l’église catholique québécoise : Réflexions d’un « mini-boomer »

« Enfants des banlieues, nous faisions la planche la nuit dans des piscines réglées à la température du corps ; piscines qui avaient la couleur de la Terre vue de l'espace. [...] Après la baignade, nous nous baladions en voiture sur des routes qui sculptaient la montagne que nous habitions – à travers les arbres, à travers les quartiers, de piscine en piscine, de sous-sol en sous-sol, [...] – le simple fait de bouger sans cesse se substituait alors à toute forme de pensée plus ample. La radio emplissait la voiture de chansons d'amour et de musique rock : nous avions foi dans la musique rock, mais je pense que nous n'avons jamais cru aux chansons d'amour. Comme nos vies prenaient place dans un paradis, toute discussion sur des idées transcendantes était rendue futile. La politique, nous présumions, existait ailleurs dans un enfer télévisé ; la mort était quelque chose se rapprochant du recyclage. »

La vie était enchantée mais sans . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 7 mars 2006 à 12 h 26 | Mis à jour le 29 avril 2015 à 11 h 36