Accueil > Actualités > Étranger > Le sang d’un poète

Raphaël Jerusalmy, Raphaël Jerusalmy

Le sang d’un poète

Raphaël Jerusalmy revient, un siècle plus tard, sur une journée qu’Apollinaire a passée dans les tranchées, un carnet de notes ou le Mercure de France à la main. Son roman décrit le poète à la tête étoilée dans les instants précédant sa blessure, pendant qu’autour de lui Les obus jouaient à pigeon vole (Bruno Doucey).

Publié le 1 juin 2016 à 10 h 10 | Mis à jour le 30 mai 2016 à 16 h