Oraison

Dans son dernier livre, Catherine Cusset rend hommage à un ami brillant, mais bipolaire, qui s’est suicidé à 39 ans. Narré à la deuxième personne, L’autre qu’on adorait (Gallimard) raconte comment Thomas s’est brûlé les ailes en accumulant des échecs. Ce récit d’une grande empathie bouleverse par son intensité psychologique.

Publié le 8 novembre 2016 à 15 h 00 | Mis à jour le 9 octobre 2016 à 15 h