Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Dans Mémoire de fille (Gallimard), Annie Ernaux revient sur l’été de 1958 et ses répercussions sur deux années qui suivent. Caractérisé par son réalisme et son langage sans fioritures, exempt de complaisance ou de pathos, son récit raconte sa première nuit avec un homme et déconstruit la jeune fille qu’elle était alors, un être marqué par la honte.

Enregistrement