Accueil > Commentaires de lecture > > LES DERNIERS DIEUX

Simone Chaput

LES DERNIERS DIEUX

Du Blé, Saint-Boniface, 2018
294 pages
21,95 $

Les mythes grecs sont une source inépuisable d’inspiration. Ainsi en est-il de Tirésias, surtout célèbre comme devin, mais dont le destin a été rapporté de diverses façons par les écrivains de l’Antiquité gréco-romaine. Dans son dixième roman, la Manitobaine Simone Chaput suit fidèlement la trame des Métamorphoses d’Ovide en la transposant dans les États-Unis d’aujourd’hui.

Écrivain important, Thierry se voit offrir un long séjour dans une villa qui appartient à son éditeur, quelque part sur le bord de l’Atlantique, mais pas très loin de son domicile new-yorkais. Cette villa est bordée par une forêt magique, encore sous l’emprise des dieux. Fantasque, Thierry décide de s’y promener. Comme Tirésias, Thierry est transformé en femme lorsqu’il interrompt l’accouplement de deux serpents. Sept ans plus tard, il dérangera un autre couple de serpents et redeviendra l’homme qu’il était . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 31 octobre 2019 à 17 h 12 | Mis à jour le 31 octobre 2019 à 17 h 12